.

QU’EST-CE QUE L’ENGAGEMENT ?

 

Le Petit Robert nous dit que l’engagement est, au premier sens, l’action de mettre en gage.

C’est aussi celle de se lier par une promesse ou une convention, qui devient une obligation.

Voisin de alliance, contrat, serment, pacte, traité, parole, l’engagement est également proche de l’embauche d’une personne et du commencement d’une action.

Pour l’artiste ou l’intellectuel, l’engagement est l’acte ou l’attitude qui consiste à mettre sa pensée ou son art au service d’une cause. Une chose peut aussi être engagée dans une autre (comme un convoi dans un défilé).

Action, commencement, attitude, promesse, l’engagement a pour contraires le dégagement, le désengagement, le reniement, le renvoi, le non-engagement.

Engager, c’est bien sûr mettre en gage, mais aussi donner pour caution sa parole, lier par une promesse ou une convention, attacher à son service.

Engager, c’est aussi faire entrer, enfoncer, introduire, mettre, mettre en train, commencer.

Lorsqu’il s’agit d’une entreprise ou d’une aventure, engager c’est à la fois faire entrer dans une situation qui ne laisse pas libre et mettre dans une situation qui crée une responsabilité et implique certains choix.

Engager quelqu’un c’est à la fois aventurer, embarquer, entraîner, et exposer.

Lorsqu’il s’agit de décision, d’attitude à prendre, engager prend le sens de tenter d’amener quelqu’un à une décision ou une action, appeler, exhorter, inciter, conseiller.

S’engager, enfin, c’est se lier par une promesse, une convention.

Faire le contraire d’engager, c’est dégager, libérer, débaucher, renvoyer, retirer, terminer, déconseiller, dissuader, désengager.

Le Robert Historique de la Langue Française nous invite à suivre le parcours du verbe “engager” depuis son premier sens, mettre en gage, et son premier sens figuré, faire pénétrer dans quelque chose qui ne laisse pas libre.

De ces sens dérivent tous ceux qui nous sont familiers, liés à la promesse et à la responsabilité.

L’engagement est allé à l’époque classique vers ce qui pousse à agir d’une certaine façon, et l’état d’une situation sociale qui implique des obligations.

Engageant, quant à lui, a négligé un peu son sens initial (ce qui engage) pour aller vers un comportement qui attire, séduit.

L’engagement est un état, une attitude, une action, un lien, un commencement.

On engage sa parole, on engage une personne qui se trouve liée par le fait même qu’elle a accepté ; elle se trouve alors mise dans une situation qui ne la laisse plus libre, qui créée pour elle une responsabilité et impliquedes choix. Car on engage aussi par nos actes tous ceux qui font équipe avec nous.

Lorsqu’on s’engage, on engage soi, vis-à-vis de quelqu’un, ou au sein d’une équipe, et on s’engage à faire quelque chose.

En montagne, la notion d’engagement retrouve ses deux sens originels.

Un guide est engagé par son client, s’engage à mettre en œuvre tous les moyens de réussir en sécurité, et il se trouve de fait pleinement engagé car il partage les risques de la course.

On parle d’une course ou d’un passage engagé lorsque l’on sait qu’en certains points le demi-tour peut devenir problématique ou impossible. Il ne s’agit pas alors de partir avec, dès le début, l’idée de “sortir à tout prix”, mais d’avancer dans une disposition d’esprit qui nous permettra de toujours évaluer s’il faut, en ces moments décisifs, continuer, revoir notre projet, se replier sur une position antérieure pour récupérer de l’énergie en vue d’une prochaine tentative, ou renoncer. On s’engage alors au sens d’un contrat avec soi-même, face à cet environnement qui bien souvent nous dépasse.

 

© ERIK